La chapelle Saint-Joseph

La chapelle St Joseph de Notre-Dame d’Afrique fut au départ un lieu de culte provisoire d’un sanctuaire marial voulu en quelque sorte par Agarithe BERGER et Anna CINQUIN, deux jeunes filles lyonnaises qui travaillaient au petit séminaire St Eugène. Il faut noter toute suite que : « le 2 Juillet 1857 commence l’édification de la chapelle, qui sera ouverte au culte le 20 septembre suivant en la fête de Notre-Dame des Sept-Douleurs. »

Force est de constater que cette chapelle vaut beaucoup plus qu’une chapelle provisoire pour les croyant d’alors et d’aujourd’hui. C’est en fait, l’humble début d’un culte marial sans précédant de toute l’Algérie et au-delà de ses frontières où de centaines des croyants braveront cet endroit difficilement accessible. Dans cette même lancée elle fut porteuse d’espoir de la réalisation de la basilique Notre-Dame d’Afrique que nous avons aujourd’hui. Elle fut aussi le lieu de ferventes prières et  dévotion à St Joseph surtout d’Agarithe dévouée à la cause de ce sanctuaire marial plus grand comme à Notre-Dame de Fourvière.

Agarithe accompagnait ses prières avec la vente d’objets de piété, afin d’aider à rassembler la somme requisse pour la construction de la Basilique. Elle dira à l’occasion de la pose de la première pierre : « voila pour la première pierre. Il faudra que St Joseph fournisse de quoi l’achever. »  En effet, Agarithe eu une dévotion permanente à St Joseph pour la réalisation de la basilique en installant un tableau de ce saint dans la boutique avec une bougie toujours allumée à côté.

Voilà une expression de foi d’une chrétienne qui témoigne de la sollicitude de St Joseph, d’un père qui prévoyait avec toutes ses forces aux besoins de la sainte famille de Nazareth. L’homme au « courage créatif » selon les mots du pape François dans Patris Corde à l’occasion de 150ème anniversaire de la proclamation de St Joseph comme patron de l’Eglise Universelle (proclamation de l’année St Joseph) où il dit ceci :

« Dieu intervient à travers des évènements et des personnes. Joseph est l’homme par qui Dieu prend soin des commencements de l’histoire de la rédemption. Il est le vrai “miracle” par lequel Dieu sauve l’Enfant et sa mère. Le Ciel intervient en faisant confiance au courage créatif de cet homme qui, arrivant à Bethléem et ne trouvant pas un logement où Marie pourra accoucher, aménage une étable et l’arrange afin qu’elle devienne, autant que possible, un lieu accueillant pour le Fils de Dieu qui vient au monde (cf. Lc 2, 6-7). »

Cette chapelle provisoire sera dédiée à St Joseph à l’occasion du transfert de la statue de la Vierge à la Basilique. Et c’est : « le 4 Mai 1873, que la Vierge de bronze, portée par 12 marins vêtus de blanc sera transférée de la chapelle provisoire et intronisée derrière le maître autel en présence de Mgr Lavigerie… ». Cette décision a été prise par la Cardinal Lavigerie sans savoir que Agarithe avait formulé ce vœux dans un billet qu’elle a laissé accidentellement dans le bulletin  de Sainte Monique destiné à une des ses amies à Lyon, de voir la chapelle provisoire de Notre-Dame dédiée à St Joseph en ces termes « J’ai la conviction que la petite chapelle de Notre-Dame d’Afrique sera un jour consacrée au Bon St Joseph ; avant que la chose n’arrive, j’éprouve le besoin de l’écrire ici. » 

Nous notons alors, que cette chapelle porte d’histoire Sainte d’événements et de personnes dans l’Eglise d’Algérie. Pour rappelle, c’est dans cette chapelle que les premiers Missionnaires d’Afrique (Pères Blancs), ont fait leur engagements missionnaires à savoir : la prise d’habit le 08 Février 1869 de quatre novices (Félix Charmetant, Charles Finateu, Léon Bouland, Francisque Deguerry). D’autres feront leurs Serment missionnaires et seront ordonnés prêtres dans cette chapelle. C’est ici qu’au 27 avril 1950, Mgr Durrieu, Supérieur Général des Pères Blancs à son temps a extrait une pierre destinée à placer dans la fondation de la maison généralice à Rome. Mlle Agarithe BERGER trouva sa dernière demeure dans la chapelle quand elle fut rappelée auprès du Père céleste en 1875.

Cette chapelle continue sa mission dans la vie des chrétiens sur la colline et de tous ceux et toutes celles qui viennent se ressourcer spirituellement. C’est le Lieu de l’adoration mensuelle le premier Vendredi du mois qu’a voulu notre père évêque Mgr Paul DESFARGES. C’est un lieu calme pour la méditation personnelle, des récollections, des messes quotidiennes surtout quand il fait trop chaud ou froid à la basilique. Nous recevons aussi les regardants, les cheminants, les catéchumènes et des personnes qui viennent chercher une oreille attentive dans la discrétion dans cette chapelle.

Cette chapelle dédiée à St Joseph, patron de l’Eglise : toujours humble, derrière les coulisses mais œuvrant avec courage, tendresse et amour pour que le bonheur de tous, nous fait signe d’avoir recours à St Joseph en faisant confiance à Dieu Lui-même, source de tout bien.

P. Peter Claver KOGH (revue RENCONTRES janvier 2021)