Une basilique chrétienne dans un pays musulman

La basilique Notre-Dame d’Afrique a été édifiée grâce à la foi et à la ténacité de deux chrétiennes, Marguerite Berger et Agarithe Cinqin. Elles ont su convaincre l’évêque d’Alger de l’époque, Mgr Pavy(1846-1866) d’entreprendre la construction de l’édifice (1846-1866) qui fut finalement inauguré par le Cardinal Lavigerie en 1872. Depuis, cette église a été un lieu de prière et de pèlerinage pour les générations de chrétiens qui venaient y prier pour eux-mêmes, pour leurs enfants, pour les marins en mer, pour les missionnaires partis au loin annoncer l’Evangile, pour les combattants, les prisonniers ou les malades.[…]


nda statueMais ce qui, dès le début, allait donner à Notre-Dame d’Afrique sa signification particulière, ce fut l’affluence à ce sanctuaire de la population algérienne musulmane. Très tôt, en effet, elle devait s’associer à l’humble pèlerinage de Notre-Dame du Ravin, avant de venir visiter Lalla Meriem dans la basilique même. L’inscription de l’abside est d’ailleurs présente jusqu’à ce jour pour donner cette dimension de la prière dans la basilique : « Notre Dame D’Afrique priez pour nous et pour les musulmans. »
Dépassant les barrières établies par les docteurs de la Loi entre les confessions religieuses, la foi toute simple des croyants venait, en ce lieu, prier Marie, parfois sans savoir que l’une des sourates du Coran porte le nom de Marie, seule femme désignée par son nom dans le livre de l’Islam ; et bien souvent en ignorant qu’un autre texte rejoignait les paroles même du « Je vous salue Marie », ou celle de la rencontre entre Marie et Elizabeth au jour de la Visitation : « les anges dirent : ô Marie ! Dieu t’a choisie, en vérité, il t’a préférée ; il t’a choisie de préférence à toutes les femmes de l’Univers » (sour. III, v.42).
Les savants du christianisme et de l’Islam cherchent dans leurs sources les arguments théologiques qui peuvent fonder le respect et la paix entre les deux confessions. Mais la simplicité de cœur des croyants ordinaires les conduit, tout naturellement ensemble, vers la maison de Marie – Madame l’Afrique – pour y présenter à Dieu leurs supplications ou leur action de grâce. Les murs de la basilique témoignent de cette ferveur et rendent visible la foi des humbles, priant Dieu avec Marie.
Cette vénération qui dépasse les frontières des communautés religieuses vient de trouver une consécration très significative, à travers l’engagement ensemble de structures publiques ou privées algériennes, françaises ou européennes, dans ce grand œuvre de la restauration de la basilique. L’effort, plus que jamais nécessaire, pour établir la paix entre les deux grands univers chrétiens et musulmans, trouve donc, dans la basilique de Notre Dame d’Afrique, un symbole éloquent, placé au-dessus du quartier populaire de Bab el Oued et visible dès l’entrée dans la baie d’Alger pour qui s’approche de la ville en bateau. C’est un don de Dieu pour la Paix et il nous est donné sous le vocable de « Notre Dame d’Afrique ».

+ Henri Teissier, archevêque émérite d’Alger

Last modified onFriday, 30 September 2016 17:03
More in this category: Plus de 150 ans d’histoire »

Dernières nouvelles de l'Eglise catholique d'Algérie

La prière et l’action apostolique, expression d’un unique  amour. Missionnaires de l’Immaculée (PIME)
Un peu d’histoire. Nous sommes nées en 1936, dans l’environnement du PIME (Institut Pontifical des Missions Étrangères). Notre histoire de fondation est longue de 20 ans et un peu compliquée. Ici, il suffit de dire que nous comptons deux fondatrices, un cofondateur et un inspirateur de notre esprit missionnaire. L’une des fondatrices, Joséphine Rodolfi, était une fille de Milan qui participait aux initiatives du PIME et rêvait d’un Institut féminin similaire ; l’autre fondatrice, Joséphine elle aussi, Joséphine Dones, était une religieuse de l’Institut de la Réparation, qui collaborait avec le PIME dans l’envoi des magazines missionnaires, et elle aussi pensait nécessaire...
Read more...
Skiknaba 2018
Du 12 au 20 juillet, s’est tenue à Skikda l’édition de « Skiknaba ». Un camp de vacances qui se fait au presbytère de Skikda en un premier temps, et ensuite se poursuit avec une sortie touristique d’une nuit à Annaba d’où le nom « Skiknaba », Skikda et Annaba.
Read more...
Imane Aït Oumeziane, la prodige !!!!
Connaissez-vous Imane Ait Ouméziane ? C’est une femme très souriante, humble et pleine de courage. A travers cet entretien, je vous laisse découvrir Imane, la première femme algérienne qui a réussi l’ascension au camp de base de l’Everest.
Read more...
Voyage en Algérie
Paris-Oran: deux heures de vol entre la France et l’Algérie. Le trajet pour relier ces deux mondes si différents me paraît très bref. A l’atterrissage, je suis à la fois heureuse et légèrement inquiète. « Bienvenue en Algérie !» nous dit le douanier en un sourire. Ces mots d’accueil qui font chaud au cœur seront repris spontanément et à maintes reprises. « C’est la première fois en Algérie ? Bienvenue ! Il faudra revenir... ».
Read more...
Consécration du sanctuaire de Santa Cruz Oran – 11 mai 2018
Les regards fixés sur Santa Cruz, de nouveau éclatant de blancheur sous un ciel bleu turquoise, les pèlerins, venus de toute l’Algérie et de plusieurs continents et convoyés par une noria de bus-navettes, emplissaient « la chapelle ». Quatre années de travaux ont rendu à ce sanctuaire son lustre d’antan. Le Père Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran, a réussi, pour ce faire, à mobiliser tout un ensemble de collaborateurs et d’ami(e)s, parmi lesquels les Algériens, y compris les autorités de la ville d’Oran, ont tenu une place de choix.
Read more...