Approchez-vous.

Approchez-vous. Remarquez la masse des pilastres : ce sont eux qui à l’extérieur forment les contreforts de l’édifice. Leur masse équilibre le poids des cintres du tambour et de la coupole. Remarquez que chaque pilastre a une arête rentrée formant rainure : l’architecte a voulu que ces rainures soient strictement dans l’axe des 4 points cardinaux. Si vous vous mettez au centre du cube regardant la statue de Notre-Dame d’Afrique sur son piédestal vous avez à votre droite, près de la nef, le pilastre NORD, à gauche, le pilastre EST ; en avant, à droite, le pilastre OUEST, et à gauche, le pilastre SUD. La basilique est donc strictement orientée selon l’axe Nord-est (vers la mer) Sud-ouest (vers la montagne).


Portez maintenant votre attention sur les absides. Elles sont toutes semblables : un demi-cylindre dressé, de 10 mètres de haut, supportant une voûte en quart de sphère de 5 mètres de rayon. L’abside du milieu (ou du chœur) abrite le piédestal de la statue de Marie, en bronze foncé, habillée d’une robe et d’un manteau bleu et blanc, brodé à la façon de Tlemcen. Au sol, cette abside comporte des stalles en bois, et un vaste espace en ovale terminé par une balustrade de bois et 3 marches de marbre. Cet ensemble forme le chœur, espace qui, avec son autel, est le cœur où s’accomplissent les eucharisties (célébrations de la messe), les cérémonies chrétiennes, (mariages, enterrements) et les prières (chapelet, adoration)...

En regardant le chœur, en avant de la nef, ayant la balustrade devant vous, vous avez à votre gauche l’abside St Augustin (avec une statue du saint au-dessus de l’autel) et à droite l’abside Ste Monique (maman d’Augustin, avec une statue également au-dessus de l’autel).

En ce lieu, partout autour de vous : des fresques, des vitraux, des marbres petits ou grands portant des inscriptions qui sont toutes à la louange de Notre-Dame, qui disent quelque chose de l’Afrique. C’est ce que je vous propose de découvrir dans les pages qui suivent.

Last modified onSunday, 20 December 2015 09:29

Dernières nouvelles de l'Eglise catholique d'Algérie

Interview avec Salima
Salima est la secrétaire de la bibliothèque « Dilou », voulue et tenue par les Jésuites à Constantine. Sa présence y est très édifiante. Musulmane convaincue et très ouverte, elle accueille et réconforte plus d’une personne. Elle ne passe pas inaperçue, courageuse et battante elle est un modèle du « vivre ensemble ».
Read more...
Document sur la Fraternité Humaine pour la paix mondiale et la coexistence commune
La foi amène le croyant à voir dans l’autre un frère à soutenir et à aimer. De la foi en Dieu, qui a créé l’univers, les créatures et tous les êtres humains – égaux par Sa Miséricorde –, le croyant est appelé à exprimer cette fraternité humaine, en sauvegardant la création et tout l’univers et en soutenant chaque personne, spécialement celles qui sont le plus dans le besoin et les plus pauvres.
Read more...
Donner la joie
Une petite phrase me parle bien : "Si tu veux faire rire Dieu, parle-lui de tes projets". Cette formule paraît banale mais pour moi qui ai tendance à échafauder en permanence des plans sur la comète, ce conseil est bien utile. Ici en France on réfléchit beaucoup aux choses avant de les vivre. Au Burundi c’est plutôt l’inverse. Comme Burundais, j’essaie donc de vivre l’instant présent et de donner Jésus par la joie.
Read more...