Approchez-vous.

Approchez-vous. Remarquez la masse des pilastres : ce sont eux qui à l’extérieur forment les contreforts de l’édifice. Leur masse équilibre le poids des cintres du tambour et de la coupole. Remarquez que chaque pilastre a une arête rentrée formant rainure : l’architecte a voulu que ces rainures soient strictement dans l’axe des 4 points cardinaux. Si vous vous mettez au centre du cube regardant la statue de Notre-Dame d’Afrique sur son piédestal vous avez à votre droite, près de la nef, le pilastre NORD, à gauche, le pilastre EST ; en avant, à droite, le pilastre OUEST, et à gauche, le pilastre SUD. La basilique est donc strictement orientée selon l’axe Nord-est (vers la mer) Sud-ouest (vers la montagne).


Portez maintenant votre attention sur les absides. Elles sont toutes semblables : un demi-cylindre dressé, de 10 mètres de haut, supportant une voûte en quart de sphère de 5 mètres de rayon. L’abside du milieu (ou du chœur) abrite le piédestal de la statue de Marie, en bronze foncé, habillée d’une robe et d’un manteau bleu et blanc, brodé à la façon de Tlemcen. Au sol, cette abside comporte des stalles en bois, et un vaste espace en ovale terminé par une balustrade de bois et 3 marches de marbre. Cet ensemble forme le chœur, espace qui, avec son autel, est le cœur où s’accomplissent les eucharisties (célébrations de la messe), les cérémonies chrétiennes, (mariages, enterrements) et les prières (chapelet, adoration)...

En regardant le chœur, en avant de la nef, ayant la balustrade devant vous, vous avez à votre gauche l’abside St Augustin (avec une statue du saint au-dessus de l’autel) et à droite l’abside Ste Monique (maman d’Augustin, avec une statue également au-dessus de l’autel).

En ce lieu, partout autour de vous : des fresques, des vitraux, des marbres petits ou grands portant des inscriptions qui sont toutes à la louange de Notre-Dame, qui disent quelque chose de l’Afrique. C’est ce que je vous propose de découvrir dans les pages qui suivent.

Last modified onSunday, 20 December 2015 09:29

Dernières nouvelles de l'Eglise catholique d'Algérie

La prière et l’action apostolique, expression d’un unique  amour. Missionnaires de l’Immaculée (PIME)
Un peu d’histoire. Nous sommes nées en 1936, dans l’environnement du PIME (Institut Pontifical des Missions Étrangères). Notre histoire de fondation est longue de 20 ans et un peu compliquée. Ici, il suffit de dire que nous comptons deux fondatrices, un cofondateur et un inspirateur de notre esprit missionnaire. L’une des fondatrices, Joséphine Rodolfi, était une fille de Milan qui participait aux initiatives du PIME et rêvait d’un Institut féminin similaire ; l’autre fondatrice, Joséphine elle aussi, Joséphine Dones, était une religieuse de l’Institut de la Réparation, qui collaborait avec le PIME dans l’envoi des magazines missionnaires, et elle aussi pensait nécessaire...
Read more...
Skiknaba 2018
Du 12 au 20 juillet, s’est tenue à Skikda l’édition de « Skiknaba ». Un camp de vacances qui se fait au presbytère de Skikda en un premier temps, et ensuite se poursuit avec une sortie touristique d’une nuit à Annaba d’où le nom « Skiknaba », Skikda et Annaba.
Read more...
Imane Aït Oumeziane, la prodige !!!!
Connaissez-vous Imane Ait Ouméziane ? C’est une femme très souriante, humble et pleine de courage. A travers cet entretien, je vous laisse découvrir Imane, la première femme algérienne qui a réussi l’ascension au camp de base de l’Everest.
Read more...
Voyage en Algérie
Paris-Oran: deux heures de vol entre la France et l’Algérie. Le trajet pour relier ces deux mondes si différents me paraît très bref. A l’atterrissage, je suis à la fois heureuse et légèrement inquiète. « Bienvenue en Algérie !» nous dit le douanier en un sourire. Ces mots d’accueil qui font chaud au cœur seront repris spontanément et à maintes reprises. « C’est la première fois en Algérie ? Bienvenue ! Il faudra revenir... ».
Read more...
Consécration du sanctuaire de Santa Cruz Oran – 11 mai 2018
Les regards fixés sur Santa Cruz, de nouveau éclatant de blancheur sous un ciel bleu turquoise, les pèlerins, venus de toute l’Algérie et de plusieurs continents et convoyés par une noria de bus-navettes, emplissaient « la chapelle ». Quatre années de travaux ont rendu à ce sanctuaire son lustre d’antan. Le Père Jean-Paul Vesco, évêque d’Oran, a réussi, pour ce faire, à mobiliser tout un ensemble de collaborateurs et d’ami(e)s, parmi lesquels les Algériens, y compris les autorités de la ville d’Oran, ont tenu une place de choix.
Read more...